Le CEB, la réalité du terrain ?

on 13 déc 2013

Share On GoogleShare On FacebookShare On Twitter

La concertation de ce vendredi me refait penser à mon post Facebook du 25 octobre 2013… On peut toujours rêver !

« Si cela ne tient qu’à eux, les libéraux feront progressivement disparaître le décret inscription, et ils rehausseront le niveau du CEB pour qu’il colle plus près de la réalité de la sixième primaire et du passage au secondaire. »

La réalité du terrain !?! La vaste blague !

La réalité du terrain, ce sont des enfants tellement différents les uns des autres qu’il faudrait, à certains endroits, un enseignant différent pour chacun.

Il faudrait arrêter de s’étendre sur des chiffres qui restent une moyenne nationale. Alors oui, certaines écoles ont trouvé le CEB très simple, mais ce n’est pas le cas partout.

La réalité, c’est que la population d’une école n’est pas l’autre.

Non, tous les enfants n’ont pas le droit aux mêmes chances dans la vie. C’est peut-être là qu’il faut creuser… Pas à discuter du haut de son bureau, en faisant semblant de connaître le terrain et à se cacher les yeux pour ne pas à devoir remuer dans ce qui ne fonctionne pas.

La réalité du terrain, c’est que le système est tellement mal fait que les orientations autres que le général sont tellement mal vue et mal interprétées (merci aux médias de maintenir cette perception…(ironie)) qu’elles en deviennent le pot qui reçoit les « ratés » d’un parcours pensé « normal ».

Vas-y que je donne un grand coup de pied dans la motivation et dans l’estime de soi chez l’enfant.

La réalité, c’est qu’il est temps de repenser l’Ecole pour donner à chaque enfant la chance de trouver sa propre réussite.